2019
Le soin des choses

Commissaire : Thérèse St-Gelais

L’actualité du travail de Stéphanie Béliveau ne fait aucun doute. D’autant plus si notre regard se dirige en tout premier lieu sur les conséquences catastrophiques de la production humaine abandonnée aux rives des plages et des continents en envahissant ce qu’il reste de la nature dans le sens strict du terme. Mais son actualité ne se réduit pas à cette conscience aiguë de la déroute insensible de l’« homme ». Face à un épuisement des sources vitales qui nous font (sur) vivre pour très peu de temps encore, si l’on s’en tient à ce que disent plusieurs scientifiques, écologistes et quelques figures politiques éclairées, l’ouverture d’un passage obligé vers des compor­te­ments mésestimés, comme celui de la sollicitude, s’avère fondamental. Or, ce passage, il apparaît telle une signature chez Béliveau.
– Thérèse St-Gelais

Maison de la culture Côte-des-Neiges
Du 13 décembre 2018 au 17 février 2019

 

2015
La vie d’artiste

2010
De l’origine de la fin

Photos : Guy L’Heureux

2009
Étude sur le phénomène de l’amour

2008
De l’intimite au réel

2007
Art sentimental

2007
Mosaïque

2006
Personna

2006
Kopf

2006
Anima

2005
Thirteen Quiet Figures

2004
Cinq dessins préparatoires

2004
Figures archaïques

2003
Douze dessins préparatoires

2002
Peintures d’être

2000
Dessins et contrastes

1999
La Chambre des plâtres

1995
Stéphanie Béliveau

1993
Sur la terre battue

Exposition de maîtrise en création, à l’QUAM, 1993.

2013
Bureau de l’APA

Une vieille salle de classe encombrée d’objets épars et incongrus. La cloche sonne, un professeur apparaît et intime les spectateurs à prendre leurs manuels : la classe commence. Brisant peu à peu les consignes et les règlements propres à l’environnement scolaire, la performance se déploie et initie le spectateur au phénomène de la «jeune-fillisation» du monde, à partir d’une sorte de lecture dirigée du manuel, inspiré des Premiers matériaux pour une théorie de la Jeune-Fille du collectif Tiqqun. Poésie sonore, leçons d’un singulier professeur de ballet, chansons, sculptures, musique d’un quatuor à cordes viennent participer au portrait éclaté et symbolique de la Jeune-Fille que nous propose le Bureau de l’APA et ses collaborateurs issus des différentes sphères de l’art. Un audacieux bricolage indiscipliné.

La Jeune-Fille et la mort a été créé à Québec en 2010 et repris en 2012 au Mois Multi 13 et à l’Espace Libre (Montréal) puis en 2013 au Festival TransAmériques (Montréal).

2006
Martine Viale

Photos : Guy L’Heureux

2008
Des soleils et de cellules

Projet d’art public réalisé en 2008 pour le pavillon Bellini de l’Université McGill.